04.09 Poème de Juliette Viger

Poème de Juliette Viger, suite à la retraite au Taillé avec Kamala en août 2017

Au domaine, je suis.

Mon ego, lui, est parti.
Assise au pied du pin qui me sourit, 
Je tangue et laisse le vent me porter au sommet de la montagne.
 
De là haut, je contemple et te vois, toi.
Sans masque, ni artifice.
Éternel enfant qui dû grandir trop vite:
Comme moi tu te perds.
Comme moi tu te caches derrière ton nom. 
Comme moi tu veux retrouver ta liberté. 
Mais comme moi tu as en toi la clé qui ouvrira la porte
Et la force qui fera tomber les murs de ta forteresse imagée. 
 
Dans l’absolu, je me baigne. Nue.
Sans corps, ni costumes, j’inspire, j’expire.
Cette paix enveloppante me prend dans ses bras.
Je reprends ma forme infinie, je rentre enfin chez moi. 
Sache que je t’aime et que je crois en toi...
 
Et c’est dans ce doux chuchotement que la forêt et ses grillons me ramenèrent sur terre. 
Au pied de mon pin, je baille, écoute, vois...
Mais une nouvelle présence se fait sentir. Légère.
J’entrouvre doucement ma main: la clé de ma conscience. Déposée, là. 
 
Juliette Viger (julietteviger.co)

04.09 Salade mimosa

Salade mimosa

Pour 6-8 portions

Ingrédients: toujours bio de préférence

Pour la salade: 

  • 1 petite laitue beurre
  • 1 petite chicorée frisée
  • 1 botte de mâche
  • 2 endives moyennes
  • 1 botte de cresson
  • 3 oeufs cuits durs, écalés et hachés finement

 Pour la sauce vinaigrette:

  • 1/2 tasse d'huile d'olive extra vierge
  • 1/4 tasse de vinaigre d'estragon
  • 1 cas de moutarde de Dijon
  • sel et poivre frais moulu

Préparation: 

  • Couper chaque laitue à la base pour ainsi détacher les feuilles.
  • Laver les feuilles et les sécher avec un panier sèche-salade.
  • Découper à la main les feuilles en plus petits morceaux et mélanger dans un grand saladier.
  • Mettre tous les ingrédients de la sauce vinaigrette dans un bol et fouetter jusqu'à épaississement. 
  • Verser la sauce sur la salade et mélanger doucement.
  • Saupoudrer avec les oeufs et servir immédiatement. 

Bon appétit!

 

 

Préparation: 

 

Bouchées mozzarella et câpres

Bouchées mozzarella et câpres

Recette idéale pour vos apéros dînatoires! 

Ingrédients: pour 20 bouchées environ

  • 500g de mozzarella
  • 10 tranches fines de pain de campagne
  • 1 CAS de câpres
  • 2 oeufs battus
  • 60ml de lait
  • sel
  • poivre
  • 15g de beurre
  • 1 CAS d'huile d'olive

Préparation: 

  • Coupez la croûte extérieure des tranches de pain pour ne garder que la tranche de mie.
  • Coupez la mozzarella en tranches épaisses de 1cm.
  • Répartissez la mozzarella sur 5 tranches de pain. Saupoudrez par-dessus les câpres et recouvrez avec les 5 autres tranches de pain pour former des sandwichs. 
  • Dans un bol, battez ensemble les oeufs, le lait avec un peu de sel et de poivre. 
  • Chauffez le beurre et l'huile d'olivre dans une poêle non adhésive à feu moyen.
  • Trempez les sandwiches dans le mélange d'oeufs et faîtes frire chaque côté pendant 2 minutes environ jusqu'à l'obtention d'une belle couleur dorée. Laissez alors les sandwichs sécher dans du sopalin.
  • Découpez les sandwichs en petits rectangles et servez tiède.

Bon appétit!

Kamala

L'urgence de méditer

Saturés d'informations, de préoccupations et d'activités, nous sommes tous à la poursuite de quelque chose, un rdv, un travail, une relation, une situation, etc. Dans cette fuite vers l'avant, notre attention ne connaît pas le repos. Bientôt nous nous sentirons au bord du rouleau, beaucoup connaîtront même un burnout. C'est se sentir vidé de toute énergie, un trou béant au fond de soi, une insatisfaction si profonde que même ce que nous aimons nous fatigue! Le doute et l'angoisse prennent alors toute la place. 

Nous n'avons pas besoin de sombrer dans cette spirale descendante. Nous avons juste besoin de retirer notre attention de l'activité mentale. Mais comment faire? Comment cesser de penser? 

Il ne s'agit pas de stopper la pensée, il s'agit de ne plus lui donner d'attention, c'est-à-dire de notre énergie vitale. 

Maintenant fermez les yeux...

En revenant aux sensations du corps, notre attention revient à l'espace du moment présent. En prenant conscience de notre ressenti, sans le commenter/juger, nos muscles peuvent progressivement se relâcher. Les contractions inutiles se défont, l'énergie vitale peut de nouveau passer dans ces zones et partout dans le système. Un sentiment de douceur et d'apaisement émerge petit à petit. On écoute non seulement les sensations, mais aussi toutes les expressions du moment présent comme les bruits, les odeurs, le goût dans la bouche.

Baignez dedans... donnez-vous ce temps...

Ensuite, on se ressent comme étant plus présent et disponible, comme si une ouverture, une clarté avaient pu s'installer en nous. 

À partir de cette disponibilité, on observe le moment présent tel qu'il est, et de là s'ensuit la prochaine meilleure action et parole. 

Amour,

Kamala